Que les feuilles s'envolent dans le vent

Que les piétinent des enfants riants

Fous de joie de les entendre crépiter

En croquant à belles dents

Les fruits séchés de l'été

 

Que les flocons s'entassent sur les bancs

Délaissés par les mamies frileuses, parties se réchauffer

Au coin de leur cheminée

Elles racontent de belles histoires du passé à des visages colorés

Et s'amusent de leurs yeux émerveillés

 

Que chacun passe dans le temps tranquillement

Goûtant la vie avec sérénité

Se délectant de chaque moment partagé

Avec les êtres tant aimés

Ces humains ces humaines qui vivent au même endroit que nous

Sur la même planète loin de tout

 

Que l'amour circule entre nous

Puissions-nous nous souvenir de nos origines

Et garder l'humilité de poser les armes, lacher-prise

Et voir, enfin voir comme c'est beau autour de nous,

et à l'intérieur de nous tous.

CRS et manifestant