Quand j'ai eu 14 ans, un jour, je ne sais ce qui m'a pris, je me promenais près des châteaux d'eau de mon quartier, quatre beaux champignons immenses, j'ai eu envie d'y aller voir. Je me suis avancée vers les bâtiments, imposants pour une enfant. Je savais que cet accès n'était pas possible pour le public, aussi je n'avais aucunement l'intention d'y entrer illégalement.

 

arbres ville et colonne vendome

 Mais le portail était ouvert,il y avait des ouvriers.

Alors, sans crainte aucune, avec toute ma pureté, je leur ai demandé à visiter les chateaux d'eau !!

Ils se sont regardé avec étonnement.La demande ne devait pas être très courante :-)

Et ce qui est le plus incroyable est qu'ils ont accepté, sans arrière-pensée, en me respectant. Ils ont demandé à leur chef et il a dit oui, que ça serait une occasion d'aller visiter la citerne, ce qu'ils faisaient rarement.

 

   L'un d'eux m'a précédée sur le petit escalier en colimaçon central et je me suis élancée ravie à sa suite, comme s'il était de ma famille. C'était une vraie aventure car il n'y avait pas de rampe et que c'était très très haut. J'avais un peu le vertige, je me tenais très près du pilier central en béton,tout froid. Arrivés en haut, l'homme m'a demandé d'attendre là et qu'il allait sortir par l'échelle extérieure et que je ne pouvais pas le suivre car c'était trop dangereux. J'ai attendu sagement. Ensuite il est revenu en se grattant la tête et on est redescendus. Je ne partais pas.

Je les ai entendu dire que c'était extraordinaire, que la citerne était à presque à sec. Ils se sont mis à tourner partout en s'agitant. Et puis le chef est venu me remercier en disant que sans moi tout le secteur aurait été privé d'eau pour plusieurs jours peut-être même une semaine, car la pompe venait tout juste de tomber en panne, qu'ils allaient réparer de suite, ce qui éviterait à tout le château d'eau de se désamorcer.

Je suis repartie avec la sensation de léviter, et d'avoir rempli une mission secrète. Je n'en ai parlé à personne parce que je ne suis pas certaine que les ouvriers avaient le droit de faire entrer quelqu'un en cet endroit et je ne voulais pas qu'ils subissent de représailles.  Et quarante ans ont passé, il y a prescription :-)) J'en garde un excellent souvenir, celui d'avoir été utile à beaucoup de gens. Merci à ces quatre hommes d'avoir été humains.

 

Si vous souhaitez utiliser gratuitement mon don, écrivez-moi.

Que votre vie soit belle.